La Péninsule Valdès

Ca y est, nous approchons. La péninsule Valdès se dessine devant nous. Cette péninsule, réserve naturelle inscrite au patrimoine mondiale de l’unesco, mesure 97 km de long sur 63 km de large. Elle est reliée au continent par un isthme de 35km. Avant d’en faire le tour, nous décidons de passer quelques jours à Playa Cantera, un spot ioverlander réputé pour sa présence de baleines qui s’approchent près de la plage. Mon estomac se noue. Faites qu’elles soient au rendez-vous et qu’elles ne soient pas encore parties migrer.

Ici, à Valdès, ce sont des baleines franches australes que l’on peut observer, c’est-à-dire une des plus grosses baleines. Le mâle mesure 12 m et la femelle 3 mètres de plus. Ils pèsent de 25 à 30 tonnes. Les baleineaux mesurent 6 mètres et pèsent à peu près 2 tonnes. 800 individus viennent hiverner à Valdès de juillet à décembre environ.

En arrivant sur la plage, mon cœur bondit de joie. Une baleine est là à quelques mètres de la plage avec son baleineau.  Privilège de la voir tourner, battre des nageoires, montrer sa queue. Ils se cajolent tendrement à quelques mètres de nous…. Spectacle extraordinaire et émouvant. Ces forces de la nature sont d’une telle douceur dans leurs déplacements.

DSC_6015DSC_6012DSC_6030DSC_6072DSC_6136DSC_6374

Nous resterons bivouaqués au bord de la plage à guetter et observer leurs allers et venues pendant 4 jours. Cadeau inestimable de se réveiller avec vue sur ce géant des mers et de se coucher avec lui.

DSC_6242
DSC_6381
DSC_6454
Pendant que nous restons des heures à les observer, les enfants prennent leur quartier sur la plage et construisent un circuit géant pour faire rouler leurs petites voitures. Ca creuse et ça terrasse à fond les ballons.

DSC_6425
Surprenantes découvertes sur la plage… Ici, ces « sympathiques » tarentules sont plutôt assez présentes.

Après quatre jours en stationnaire, les frigos sont vides. L’heure de faire les courses et de visiter la péninsule a sonné. A l’entrée de la réserve, nous prenons les renseignements nécessaires (horaires des marées, lieux autorisés pour le bivouac…) et repérons le camping où nous bivouaquerons. L’endroit est touristique. A Puerto Pyramides, les fourgons aménagés et autres camping-cars sont plus nombreux. On échangera même livres et expériences avec plusieurs backpackers qui dorment sous tentes. C’est sympa aussi de croiser du monde de temps en temps.

DSC_7321
DSC_7319
Clément et Lisa se font une nouvelle copine avec laquelle ils dévalent les dunes de sable du camping et goûtent aux joies du feu de camp. Côté adultes, on sympathise autour d’un apéro.

Le tour de la péninsule fait 250 km…sur des pistes qui sont parfois du bon ripio. On traverse des paysages sauvages de pampa parfois clôturés car privatisés par des bergers pour leurs moutons. C’est le territoire des gauchos.

DSC_6838
La faune terrestre est également présente même si ici ce sont les animaux marins que l’on vient voir. Ca et là nous croisons des troupeaux de guanacos (cousins du lama)

DSC_6633
Des putois

DSC_7020
des tatous

DSC_7205
des troupeaux de chevaux

Il y a aussi des nandous (cousins de l’autruche), des vizcachas (nos lièvres chinchillas), des zorros (renards), nos fameuses tarentules….

On longe la côte pour admirer la faune marine. Aux abords de la péninsule, baleines, lions de mer, éléphants de mer, pinguins, orques et dauphins se partagent les côtes et viennent passés du bon temps.

Notre visite commence par punta pyramides, le quartier des lions de mer. Ici, c’est l’heure de la sieste. Le panorama sur les falaises est très joli. Nous verrons même une baleine et son petit.

DSC_6562
DSC_6528

DSC_6542

L’après-midi, nous partons pour Punta Cantor et Caleta Valdès. La Caleta est une immense langue de terre et de galets qui se détache de la péninsule. C’est en partie le territoire des éléphants de mer. Les éléphants de mer appartiennent à la famille des phoques. Ils se déplacent grâce à un mouvement dorso-ventral (comme les chenilles). L’éléphant de mer est le seul mammifère à avoir un utérus composé de deux parties. Dans l’un, un fœtus se développe et dans l’autre un œuf fécondé est en attente. Du coup, c’est la seule femelle mammifère à être toujours enceinte. Lorsque le bébé naît, les mères s’en occupent pendant 25 jours puis les abandonnent. On voit en effet pleins de bébés seuls.
DSC_6736

DSC_6734

DSC_6770

DSC_7251

DSC_7243

Les males éléphants de mer peuvent mesurer jusqu’à 6 m de long et peser jusqu’à 4t. Leurs déplacements sont impressionnants, on voit leur amas de graisse onduler au rythme de leurs mouvements. Les males éléphant de mer se battent pour constituer des harems de plusieurs dizaines de femelles. Une fois repus sexuellement, ils se reposent sur le sable pendant trois mois et ne se nourrissent pas. Ils perdent ainsi 12 kg par jour, puis ils repartent en mer.

Les femelles quant à elle ne pèsent que 700kg et atteignent rarement plus de 3 mètres.

DSC_6849

Cette colonie d’éléphants de mer est un incroyable garde- manger en libre accès pour les orques qui viennent régulièrement à marée haute (surtout vers mars avril) dans la Caleta se repaître des bébés. Lorsque la marée monte, la langue de terre de la Caleta est en partie immergée et une porte d’accès entre la Caleta et la côte s’offre aux orques qui peuvent ainsi faire leurs attaques. Il n’y a plus qu’à se servir. Nous sommes déçus car nous avons raté leur venue à un quart d’heure près le jour même.

DSC_6803

DSC_6805

Un peu plus loin, vit également une colonie de pingouins de Magellan. Ils sont petits, ne mesurent que 55cm. Ils nichent dans des terriers qu’ils creusent eux-mêmes le long des côtes. Ces terriers leur permettent de protéger leurs œufs contre les prédateurs (cormorans, mouettes…) En ce moment, ils couvent leurs œufs. Les petits sortent généralement vers fin novembre. Peut-être les verront nous en descendant vers Ushuaia.

DSC_6642

DSC_6698

DSC_6705

Le lendemain, nous faisons notre sortie baleine en bateau. Une mère et son baleineau jouent ensemble. Nous les suivons à raisonnable distance. Qu’ils sont beaux !!! A un moment, nous avons même la chance de la voir de très près car elle est passe sous notre bateau avec son baleineau pour en ressortir juste derrière. Super moment.

DSC_7308

DSC_7051

DSC_7094

DSC_7124

DSC_7111

DSC_7130

Nous réitérons dans la foulée une sortie baleine en zodiaque cette fois, avec la même compagnie. Ils nous ont offert 4 places car il n’y avait pas grand monde pour la sortie suivante. Clément attrape le mal de mer et finira affalé sur son banc. Cette fois, nous voyons des baleines sauter. C’est tellement impressionnant. On se régale et on ne s’en lasse pas…

DSC_7137

DSC_7136

Après un repas rapide, nous repartons sur les pistes de Valdès direction Punta Norte. Ici, c’est également le territoire des éléphants de mer et donc des orques. Malheureusement, nous ne croiserons pas ce grand cétacé ici non plus. Juste nos sympathiques et léthargiques éléphants de mer.

Nous assisterons tout de même à une séance de reproduction plutôt musclée. Le mâle allant jusqu’à mordre la femelle pendant l’acte pour éviter qu’elle ne s’échappe. Certaines sont d’ailleurs mordues à sang et en gardent des cicatrices.

DSC_6906

DSC_6908

Le soir pour fêter notre dernier repas à Valdès, nous nous faisons un p’tit resto entre voyageurs à Puerto Pyramides.

Derniers instants avec les baleines à Playa Doradillo. Nous sommes avec le groupe rencontrés à Puerto Pyramides et attendons les Artéromans avec qui nous passerons un peu de temps avant de repartir. Entre les ballades, les séances de doigts de pieds en éventail à profiter des baleines et les apéros aux soleils couchants, on a tendance à se dire que la vie est belle.

DSC_7327

DSC_7367

DSC_7382

DSC_7379

DSC_7417

DSC_7387

DSC_7420

DSC_7431

DSC_7453

Quel plaisir de retrouver nos amis, les Artéromans. Pour fêter ça, gateau et apéro…

DSC_7457
DSC_7460

3 réflexions au sujet de « La Péninsule Valdès »

  1. Oui en effet a vous lire on a tendance a se dire aussi que vous avez la belle vie et tant mieux car on partage votre bonheur! Nous aussi la vie est plutôt chouette même si on a moins de vacances il faut avouer et les doigts de pieds en éventail au soleil faut oublier on est plutot sous la couette avec nos chaussettes….. Mais par exemple on s est regalé samedi avec les délicieuses gaufres de papou…et pas vous et toc! Nous aussi on peut faire nos crâneurs!!!!

    J'aime

  2. Instant privilégié que la rencontre avec l’esthétique, vous semblez en vivre les chocs répétés. Remplissez vous, continuez à les partager, merci pour celà. je vous embrasse fort chers cousins

    J'aime

  3. Coucou tout le monde. En plus de partager votre merveilleux périple, on apprend plein de choses en lisant votre blog, on ne s’en lasse pas !!!!!! bisous !
    Petit message en plus (et en retard) de la part d’Alice qui voulait envoyer un message à Clément pour sa fête le 23 novembre 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.